05/06/2009

Pourquoi les français n'aiment pas Nadal

Nadal boude.jpgVoici une proposition de réponse à la question que je posais il y a deux jours : pourquoi les français n'aiment-ils pas Nadal ? Mon idée part d'un concept personnel que j'avais imaginé il y a plusieurs années déjà, dans lequel je cherchais à expliquer le comportement commun face à des individus d'exception. J'avais pompeusement appelé ça le syndrome du surfeur d'argent, parce que cette première illumination m'était venue en lisant cette l'histoire du surfeur d'argent de Stan Lee, illustré par le crayon de Moebius.

 

Je propose cet argument parce que les explications du type : "son jeu n'est pas beau", "il crie trop, on n'aime pas ses Vamos !", "il a un jeu sans finesse" etc. me semblent souvent trop subjectives. Après tout les fans de Nadal disent tout l'inverse et imputent au contraire ces défauts aux adversaires de leur protégé. En se référant à ce type d'argument donc, on finit par ne rien dire de plus que : "je l'aime pas parce que je l'aime pas" (même si je grossis le trait). Pourquoi donc les français n'aiment-ils pas Nadal ? Pourquoi ce désamour semble-t-il si répandu chez nous ?

 

Car on le voit un peu partout, dans la presse où les articles s'empressent de glorifier Federer, son grand rival, au moindre signe positif,  mais aussi dans les clubs où après la victoire de Nadal en Australie les gens craignaient qu'il ne réaliser un grand chelem. Aujourd'hui on pourrait être tenté de répondre que c'est parce que la domination de Nadal enlève le suspens qui rend le sport si attrayant et qu'il le rend donc le rend ennuyeux. Mais avant ses succès en 2008, c'était Federer qui dominait outrageusement le circuit masculin, et Nadal souffrait déjà d'opinions largement négatives sous nos latitudes.

 

Le souci de Nadal vis-à-vis du public français, c'est qu'il déstabilise le joueur qui était devenu notre idole avant que Nadal ne devienne la terreur qu'il est aujourd'hui. Il effrite une icône, et l'empêche de devenir une légende vivante aux yeux des supporters. C'est une forme de crime de lèse majesté qu'il commet. Pour en revenir aux termes de mon concept, il s'attaque à un surfeur d'argent. Il est Galactus qui s'attaque au héros. Federer c'est le bien, Nadal c'est le mal.

 

En prenant un peu de recul bien sûr, ces réactions sont tout à fait ridicules. Le sport n'est tout de même pas très important, et que ce soit untel ou untel qui gagne ne change fondamentalement rien à nos vies. Mais la logique du surfeur d'argent est une logique de fan. Les supporters transfèrent sur eux tous leurs espoirs personnels, leurs valeurs aussi. Si leur héros gagne, c'est aussi un peu eux qui gagnent. En psychologie on parle de chevalier blanc pour désigner l'image de héros que nous avons parfois de nous-même, ou que nous souhaiterions véhiculer aux autres. Les surfeurs d'argent jouent un rôle important sur ce point. Ils jouent le rôle de chevaliers blancs pour nous. Ils nous évitent d'avoir à produire les efforts nécessaires pour devenir nous-mêmes de véritables chevaliers blancs mais leurs victoires n'en deviennent pas moins symboliquement les nôtres. C'est pour cette raison que leurs affrontements donnent parfois lieu à de telles manifestations de frénésie.

 

Nadal est arrivé trop tard pour les français. Le surfeur d'argent existait déjà en la personne de Federer et la place ne pouvait donc plus être prise. Il est devenu dans son pays un héros pour bien des gens. Un héros largement adulé d'ailleurs. C'est la force de l'admiration portée pour ces deux joueurs qui expliquent les échanges si emballés de leurs supporters (on en voit de beaux exemples sur les forums de yahoo sport). La solution bien sûr est tout simplement de ne pas s'identifier aux sportifs. Le défaut étant alors que le sport perde de son attrait..

 

 

Commentaires

C'est qui Nadal ?

Écrit par : thom | 05/06/2009

@thom : Je me posais aussi la question, et apparemment il joue au tennis. L'autre jour sur France Info pareil : 10mn à parler de Gasquet qui aurait pris de la coke : impossible de savoir qui c'était. Au bout d'un moment ils ont parlé de "la Fédération" : je me suis dit ah ça doit être un sportif ... cycliste ? footballeur ? nageur ?

Écrit par : Yogi | 06/06/2009

Hmmm, je ne sais pas ...
Je ne suis pas du tout fan de tennis, mais spontanément, je n'aime pas trop Nadal non plus. Je n'aime pas sa tête de gamin mal élevé. Je n'aime pas ses "pantacourts". Je n'aime pas ses gros biscottos body-buildés. Et surtout, je n'aime pas le fait qu'il soit neveu du Nadal du FC Barcelone : j'ai l'impression d'avoir en face de moi un "héritier" du sport, quelqu'un qui ne réussit uniquement parce qu'il connaît tous les codes depuis qu'il est bébé. Du coup, quel est son "talent" réel ?
Dans un domaine complètement différent, en prépa, en école, traditionnellement, celui qu'on admire le plus n'est pas le bosseur qui réussit, non : c'est le type dilettante qui réussit sans travailler qui suscite notre admiration. On préfère toujours le talent brut à la force brute. Par exemple, quand Laurent Lafforgue a eu sa médaille Fields, on entendait dans les couloirs de l'ENS que le vrai génie de la famille, c'était son frère (Vincent ? je crois). Nadal-Federer, c'est du même ordre pour moi : on préfère le type le plus "naturellement" talentueux, pas l'héritier qui fait de la muscu.

Écrit par : Tom Roud | 06/06/2009

Un éclairage complémentaire intéressant spécifiquement sur Roland-Garros : http://www.slate.fr/story/6171/le-public-de-roland-garros-est-stupide-tennis . Moi même malgré mon ignorance (et, j'avoue, désintérêt) tennistique total je suis régulièrement invité à RG et j'y suis déjà allé, pour voir à quoi ça ressemblait ou pour d'autres raisons (celles pour lesquelles je suis invité !), et je ne suis pas le seul. Il serait intéressant de connaître le ratio de gens dans les tribunes qui sont là parce qu'il faut y aller et non parce que le sport les intéresse. Cela doit jouer dans les attitudes que vous relevez.

Écrit par : Yogi | 06/06/2009

Oui, tu as raison. Mais pourquoi sous estimer les arguments "il n'a pas un beau jeu", "il a un jeu basé sur le physique" et "il ne dégage aucune émotion, sauf chez les minettes qui aiment les muscle"?

Nadal c'est juste le tennis comme on ne l'aime pas. Comme Lendl ou Becker autrefois. Mais ça rejoint ce que tu dis: c'est le gars (comme Armstrong en cyclisme ou Christiano Ronaldo en foot, sauf que cette année il a été terrassé par le gentil, Messi) qui assassine nos rêves; le bucheron qui zigouille l'artiste.

Je me souviens, le jour où Mac Enroe avait battu Borg à Wimbledon, il avait dit: "C'est la victoire de l'esprit sur la matière". Mis à part le côté ridicule de la sentence, c'est un peu ce qu'on n'aime pas chez Nadal: son aspect "matérialiste".

Écrit par : Eric | 06/06/2009

Tom
Ok je suis d'accord avec ce point, mais je le trouve incomplet. D'abord parce qu'il me semble être assez culturel : cette façon d'envisager le génie est-elle vraie pour tout le monde ? En France je suis d'accord qu'on réagi de la sorte, mais ailleurs ?
Ensuite, cela n'explique pas l'affrontement si net entre les supporters pro Nadal et les pro Federer, et c'est le point qui m'intéresse. Je m'aperçois que mon titre est mauvais ...

Yogi
En effet, la constitution du public peut répondre au moins pour partie à cette question. Mais dans ce cas ceux-là ne seraient-ils pas les moins bruyants ? Il me semble que c'est le reproche qui avait justement été fait au public parisien lors de la coupe du monde 1998. Le Stade de France était rempli de personnes invitées qui ne mettaient pas la moindre ambiance parce que précisément elles n'étaient pas du tout intéressées par ce qui se passait sur le terrain.

Eric
D'accord. Mais un peu la même remarque qu'à Tom.

Écrit par : pikipoki | 09/06/2009

On n'aime pas Nadal parce que pendant 4 ans il a enlevé tout suspens aux finales des tournois. Parce qu'il rattrape toutes les balles et est solide physiquement ... ca nous ramène à notre image de bons geeks pas sportifs pour deux sous qui préférons regarder les résultats des matches sur notre écran plutôt que d'aller dehors échanger quelques balles.
En France, on n'aime pas le succès des autres.

Écrit par : Agathe | 09/06/2009

Les Français n'aimeraient pas Nadal ? Il me semble que ce joueur de tennis espagnol a de nombreux fans en France. Il suffit de jeter un oeil sur les forums concernés par le sujet. On y trouve une pléthore de supporters pro-Nadal (peut-être pas tous d'origine française mais qui s'expriment bien en français), qui s'affrontent par le verbe aux opposants que sont les pro-Federer.

Pour mon cas je ne l'ai pas aimé dès son arrivée sur Rolland Garros en 2005. C'était dû à son look déjà évoqué plus haut. Je ne l'aimais donc pas d'emblée mais je lui tirais mon chapeau, reconnaissant son immense jeune talent. Et puis au fil de sa régularité, de son fair-play et de sa combativité pour aller gagner ailleurs que sur terre battue, cela a transformé mon respect en admiration. Sans pourtant l'aimer au point de le supporter, c'est comme ça !
Et puis il y a eu le coup de bambou, l'élimination en huitième à RG 2009 face au Suédois Söderling. On a interprété que le public était contre Nadal, qu'il était versatile. Moi je n'ai entendu que des encouragements partagés durant le match, et une ovation pour le vainqueur. Il a fait un exploit après tout ce Söderling. Sans doute les supporters de l'Espagnol étaient effondrés à ce moment final pour donner de la voix.
En tout cas je sais qu'il y a beaucoup de supporters de Nadal en France, et que c'est aussi très bien qu'une opposition si féroce entrave le parcours du Suisse sus-nommé.
Il paraît que les Français n'aiment pas les vainqueurs outrageants qui dominent tout. Et pourtant ils préfèrent Federer. Ah c'est ça, ils préfèrent le Suisse à l'Espagnol ? Faudrait faire un sondage quand même. Peu importe, ça manque de piment Wimbledon sans Nadal.
Un segment à ne pas oublier : l'US Open. L'étoile de Majorque pourrait y briller de mille éclats.

Écrit par : Pascalou | 29/06/2009

Que nenni, mon bon prince, moi je kiffes Nadal autant que Federer, la classe, chacun de façon différente. En fait, je suis federnadalien, pathologie psychosomatique en vogue en ce moment chez les amoureux du tennis, angoissé de les voir jouer l'un contre l'autre!
Jeu, set et biz

Écrit par : corto74 | 29/07/2009

Que nenni, mon bon prince, moi je kiffes Nadal autant que Federer, la classe, chacun de façon différente.

Écrit par : Smoke 51 Review | 27/09/2009

Écrire un commentaire