14/02/2012

Candidature tardive et acte manqué

présidentielle,sarkozy,acte manquéJe n’évoque pas cette hypothèse de façon très sérieuse, mais j’y ai pensé la semaine dernière :  l’annonce tardive par Nicolas Sarkozy de sa candidature à la présidentielle pourrait être en partie un acte manqué, un choix fait pour des raisons non conscientes.

Deux possibilités me viennent à l’esprit. La première est la peur de perdre. Sarkozy n’aurait pas envie de se lancer dans une bataille qui l’emmène vers la défaite. L’écart dans les sondages entre lui et Hollande est très important. Nombre d’observateurs considèrent déjà que l’affaire est pliée. Je ne suis pas loin d’en faire partie. Dans ces conditions, se déclarer candidat signifie pour lui entamer une phase où son égo souffrira d’être rabaissé par rapport à son concurrent alors que dans son rôle de président il peut encore garder sa superbe.

Ce qui m’amène à ma deuxième idée : il EST Président de la République. Il EST au-dessus de la mêlée. De facto. Il n’y a donc pas de raison valable de redescendre au niveau des autres ! Tout de même ! Comment ça une mise en concurrence ? Mais il est Président ! Point barre ! Qui a l’audace de venir bousculer quelqu’un qui est déjà élu, et qui est au-dessus des autres ? Se déclarer candidat reviendrait à reconnaître qu’il est au niveau des autres. Inacceptable

Si on mixe ces deux idées entre elles, cela crée même un effet très fort. Car quoi, il EST Président, il domine tout le reste, et quelqu’un prétendrait pourtant être au-dessus de lui ? Mais c’est insupportable ! Essayez pour voir de vous mettre un instant dans la peau de quelqu’un qui a un égo fort, et qui a dans la tête ces deux idées qui se bousculent : sa supériorité, évidente et non discutable, et le fait qu’il est mis en difficulté par quelqu’un qui l’infériorise (sic). A l’intérieur ça ne peut que bouillir !

Je propose ça avec prudence bien sûr. Mais je serai très attentif au comportement de Sarkozy une fois en campagne. Peut-être fera-t-il un petit pétage de plomb narcissique.