15/02/2012

Même sur la candidature de Sarkozy

Un petit même montre son nez aujourd'hui sur l'échange que Sarkozy aura ce soir devant les caméras avec la journaliste qui lui demandera s'il est candidat. J'ai déjà lu deux dialogues très amusants. Comme je trouve ça rigolo, je participe.

Laurence Ferrari : Bonsoir monsieur le Président. Merci d'avoir accepté notre invitation. Alors je vous pose la question que tout le monde se pose à un peu plus de deux mois du premier tour de l'élection présidentielle. Etes-vous candidat à votre propre succession ?

Nicolas Sarkozy : Bonsoir Mme Ferrari. Je vous remercie de me recevoir. Il est bien naturel que les gens se posent cette question, et j'entends y répondre. Vous savez, les françaises et les français vivent une époque difficile de leur histoire, peut-être un tournant. Durant les 5 années passées, nous avons connu une crise économique majeure, sans précédent depuis 1929. Nous avons été amenés à prendre position pour aider des peuples dans leur volonté de plus de liberté, de plus de démocratie. Nous avons dû prendre des décisions courageuses pour notre société, qui vont construire celle de demain, que nous lèguerons à nos enfants. Mais aujourd'hui, plus encore qu'hier, nos décisions seront déterminantes. C'est pourquoi je dis aux françaises et aux français qui nous regardent qu'ils doivent se tourner vers ceux qui ont démontré leur sens des responsabilités, qui ont les compétences, et j'ose ajouter, une certaine hauteur de vue nécessaire à notre grand pays. Par conséquent, je vous annonce que je ne me présente pas à l'élection présidentielle à venir, mais que l'UMP a fait un choix fort pour représenter notre famille politique, qui j'en suis sûr emportera l'enthousiasme des français. Ce choix, c'est Nadine Morano.

LF : Gnnnnniiiiiiiiiiiiinnnnnguuueuuuuuuuuuu !

NS : C'est ce qu'elle a dit aussi ! Mais chez elle ça fait partie des éléments les plus riches de son vocabulaire. Ah ah ah ! Non mais vous m'avez cru ? Ah ah ! Morano candidate ! Huhuhu... ooooh, j'avais promis de faire une surprise, c'est Guéant qui m'a suggéré de sortir une connerie. J'avoue que je pensais pas m'amuser autant.

LF : Gnnn ... ?

NS : Détendez-vous. Vous ne croyez tout de même pas sérieusement que je vais laisser Flanby me piquer mon poste. Bien sûr que je suis candidat. Et voilà mon slogan (tournant son regard et pointant son doigt vers la caméra) : ask for more, and you'll get more, fellas !

 

 

Je poste tard, mais si le coeur vous en dit n'hésitez pas à faire vos propositions ! :)

Écrire un commentaire