Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2006

Dilemme caricatural

Le Moyen-orient n'en finit plus de faire la une de l'actualité internationale. Après la récente victoire du Hamas lors des élections législatives palestiniennes, c'est le débat sur la publication par le journal danois Jylland-Posten de caricatures du prophète Mohammed qui les propulse de façon spectaculaire sur le devant de la scène (sans compter l'affaire du nucléaire iranien, les attentats en Irak, et autres troubles en Israël).

 

Dans le débat qui est soulevé par cette publication, deux visions principales s'affrontent, dont Phersu et Koz me semblent assez représentatifs. Tous les deux apportent des arguments très construits et auxquels on peut volontiers se rallier. Phersu rappelle à juste titre que l'interdit de représentation du prophète ne frappe guère que les adeptes de l'Islam, et que dans cette mesure la liberté d'expression des autres ne saurait souffrir d'aucune réduction à ce propos, et Koz insiste sur le fait que cette liberté ne s'accompagne pas moins du devoir de tout un chacun de respecter les autres, en particulier dans leur expression religieuse, et que les provocation de ce type ne grandissent guère leurs auteurs.

 

Je dois dire que je suis aussi sensible à l'une qu'à l'autre de ces deux argumentations. Mais je suis conscient aussi qu'à y regarder de près, elles ne traitent pas vraiment des mêmes choses: Phersu fait une analyse qui porte sur un principe, Koz lui observe un comportement concret, pratique si l'on peut dire. Et les deux me semblent devoir être effectivement pris en compte, à mesure égale. Difficile de prendre une position tranchée donc, dans un débat qui traite d'éléments ne se situant pas vraiment au même niveau.

 

Je voudrais toutefois apporter deux éléments complémentaires à ces réflexions, chacun allant plus ou moins à l'encontre de l'une de ces visions. Le premier c'est qu'à mon sens, mais peut-être était-ce déjà ce que Koz cherchait à dire avec d'autres mots, le journal danois a clairement cherché à provoquer. Il disait vouloir "tester la liberté d'expression au Danemark", franchement, on peut émettre les plus grands doutes sur l'innocence d'une telle démarche étant données les tensions actuelles qui secouent les communautés juives et musulmanes. Dès lors qu'ils cherchaient à provoquer, il n'est guère sérieux de pousser maintenant les grands cris pour s'offusquer que cette réaction voulue soit bien arrivée. Argument toutefois à mesurer à l'aune des réactions pour le moins excessives que cette affaire a suscitées. Qu'on puisse s'offusquer soit, qu'on soulève un continent en battant le rappel des ambassadeurs me semble démesuré.

 

Mais surtout, et je m'étonne d'ailleurs un peu que Phersu ne l'ai pas relevé dans sa note, il y a une chronologie troublante dans le déroulement de ces évènements, chronologie que Phersu lui-même a reproduite. On constate ainsi d'abord que la publication de ces caricatures a déjà 4 mois. Les premières réactions se sont visiblement faites attendre, puisque ce n'est que 3 semaines plus tard que des ambassadeurs de pays musulmans ont fait appel au premier ministre danois sur ce sujet. Ensuite, la réaction de la Ligue arabe intervient plus de deux mois plus tard, et pendant le mois suivant, à nouveau rien, jusqu'au déchaînement actuel.

 

En fait je me demande dans quelle mesure il ne manque pas un évènement essentiel dans la chronologie de Phersu: ces fameuses élections législatives palestiniennes du 25 janvier. Car c'est exactement depuis le 26 janvier, et le rappel de l'ambassadeur lybien saoudien (le lybien c'est 3 jours plus tard) par son pays que les choses se sont envenimées. De là à penser que la victoire du Hamas a réveillé les différents groupes musulmans radicaux qui ont vu dans la victoire du Hamas une forme de danger pour leurs propres formations dont la légitimité se verrait amoindrie par celle augmentée du Hamas, le pas est petit à effectuer. [Edit du 03.02: cette formulation est bien maladroite, et même trompeuse puisque les réactions sont au moins autant venues des modérés. Il vaudrait mieux écrire que d'une manière générale l'élection du Hamas a modifié les rapports de force entre les différents groupes ou partis, au pouvoir ou non d'ailleurs, et a poussé ceux-ci à réaffirmer leur poids à travers cette affaire des caricatures. Voilà ce que c'est que d'écrire de façon trop précipitée.]

 

Autrement dit, il me semble bien que cette affaire des caricatures picturales en révèle une autre, aux enjeux plus lourds de conséquences: la caricatures des jeux de pouvoir où chacun tente de se montrer le plus fort, quitte à déséquilibrer des pays entiers.

 

[Edit de vendredi matin - après la précédente: on me signale que les commentaires n'ont apparemment pas fonctionné pendant plusieurs heures, depuis hier soir. C'est un bug qui est déjà survenu ici et pour lequel je ne vois pas bien quoi faire. Je vous présente mes excuses donc pour cet inconvénient, qui me semble désormais réparé, en souhaitant qu'il ne se reproduise pas.]

Commentaires

"Jyllands-Posten commissioned and published the cartoons in response to the inability of Danish writer Kåre Bluitgen to find artists to illustrate his children's book about Muhammad, for fear of violent attacks by extremist Muslims." http://en.wikipedia.org/wiki/Jyllands-Posten_Muhammad_cartoons

Il me semble que cela fait justice de l'accusation de provocation, non?. Le journal réagissait par cette "performance" à une situation effectivement choquante d'autocensure sous la menace intériorisée.

Écrit par : Francois Brutsch | 03/02/2006

Je voulais, hier soir, te remercie d'avoir retranscrit ma position sans la simplifier, ni la caricaturer, ce qui n'est semble-t-il pas facile. Mon message ne s'est pas affiché. Je recommence donc.

Je suis assez d'accord avec toi sur le fait que je ne me situe pas sur la base du principe mais du comportement pratique : le principe indéniable est que j'ai le droit de représenter Mahomet, y compris en l'assimilant au terrorisme comme l'ont faire certains des caricaturistes.

La question est : pourquoi le faire ?

Pourquoi offenser autrui ?

François nous dit ici ou ailleurs que c'était dans l'intention de réagir à une autocensure intériorisée.

Dans ce cas, il était possible de se limiter à dessiner le prophète Mahomet. Le représenter d'une manière qui l'assimile au terrorisme, à l'obscurantisme fait injure à l'islam qui a aussi été la religion des plus grands savants de leur époque, et qui est aussi la religion d'un certain nombre de modérés qui s'efforcent de prêcher que l'islam est une religion de paix et d'amour.

Face à ces deux caricatures, le responsable du journal ne devait-il pas estimer que l'on dépassait l'objectif initial, qui était simplement de représenter Mahomet, et que l'on offensait sans raison tous ceux pour qui Mahomet est une figure sacrée ?

Il est certain que cela n'aurait intéressé personne...

Au demeurant, les explications a posteriori, lorsque le scandale a éclaté, me semblent un peu sujettes à caution.

Par ailleurs, en ce qui concerne la chronologie, rappelons tout de même que les dessins ont été republiés le 10 janvier et que Rasmussen, entretemps, avait refusé de recevoir les ambassadeurs des pays musulmans qui souhaitaient exposer leurs griefs. Autant de petits faits qui ont pu souffler sur les braises.

Après, que certains aient instrumentalisé la question, c'est, il me semble, certain. Est-ce que ça doit changer la perception d'origine ? Je ne pense pas.

Écrit par : koz | 03/02/2006

Les réactions contre les caricatures de mahomet posent brutalement la question de la liberté de pensée.
Pour l’islam la vérité de Dieu doit dominer, même chez ceux qui n’y sont pas encore entièrement soumis. Accepter de renoncer à publier des caricatures de Mahomet revient à se soumettre à l’Islam, mais résister face à cette révélation du sectarisme islamique ne va pas sans poser quelques questions.
Certains veulent défendre une absolue liberté d’expression au nom d’une liberté de pensée qui refuserait toute forme de morale issue de l’expérience des psychologues, de la nature ou de la Bible
De mon point de vue, c’est parce que la vérité se recherche qu’il faut pouvoir entendre des critiques de tel ou telle philosophie, et c’est parce qu’on peut la rejoindre dans le christianisme que le relativisme n’est pas notre idéal ultime. Des idées qui peuvent conduire au meutre ou à la destruction peuvent et doivent être critiquées au nom du nécessaire respect de la personne humaine

Écrit par : annales histoire société christianisme | 03/02/2006

Vous m'avez ôté les mots du clavier...
Je trouve votre texte très appréciable par sa justesse et sa retenue.

Écrit par : aymeric | 04/02/2006

Donc, Koz, nous sommes d'accord sur la question de fond ("le principe indéniable est que j'ai le droit de représenter Mahomet") et sur le contenu ("y compris en l'assimilant au terrorisme").
Dans ce dernier cas, c'est de mauvais goût, nous sommes d'accord aussi.
Mais si on a ce droit à condition qu'il ne s'exerce pas pour ne pas porter offense, c'est toute caricature quelle qu'elle soit qui est attaquée. Là-dessus, la position du droit européen exposée par Jules paraît claire :
http://dinersroom.free.fr/index.php?2006/02/03/104-pluralisme-et-atteinte-aux-sentiments-religieux
"Ceux qui choisissent d'exercer la liberté de manifester leur religion, qu'ils appartiennent à une majorité ou à une minorité religieuse, ne peuvent raisonnablement s'attendre à le faire à l'abri de toute critique. Ils doivent tolérer et accepter le rejet par autrui de leurs croyances religieuses et même la propagation par autrui de doctrines hostiles à leur foi."

Écrit par : Phersu | 05/02/2006

Pardon, la position européenne n'est pas si claire que cela, j'exagérais...

En fait, je crains hélas que nous n'ayons déjà trop cédé sur le liberté d'expression au nom de la défense des religions.

Écrit par : Phersu | 05/02/2006

Phersu, je ne me situe pas à proprement parler sur le terrain juridique : il y a quantités de droits dont je dispose, mais dont que je m'abstiens de mettre en oeuvre. Ce n'est pas parce qu'un droit existe qu'il est nécessaire de l'exercer. En l'occurence, oui, j'ai le droit de caricature Mahomet en terroriste. Cela dit, c'est profondément stupide, et dangereux.

Une fois de plus, respecter les croyances des autres ne veut pas dire les adopter. Nous sommes tout de même assez solides dans nos positions pour ne pas avoir peur de ça, si ?

On offense inutilement des personnes qui ont droit au respect. C'est peut-être sur cette question du respect auquel elles ont droit que beaucoup divergent.

Et je refuse donc de partir bannière au vent pour défendre une liberté d'expression qui s'exerce dans l'insulte.

Écrit par : koz | 05/02/2006

Excusez-moi, je reviens... Puisque l'on m'a exposé la "théorie du complot" sur mon blog, et qu'Elisabeth Gugou semble l'avoir évoquée, j'ai fait une très légère recherche sur google avec "rasmussen ambassadeur refus" puisque j'avais lu que ce point avait posé pb... Je cite ici ce que j'ai répondu, parce que cela me semble utile :

"Cette interprétation existe. Je soumets deux autres faits à votre appréciation :

1. le refus du premier ministre danois de recevoir les 11 ambassadeurs de pays du Moyen-Orient qui voulaient exprimer leurs "doléances" : cf. cet article du Monde (http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3214,36-735462@51-735567,0.html) et cet extrait :

"L'affaire renvoie à la publication dans le quotidien conservateur Jyllands-Posten, le 30 septembre 2005, de douze caricatures illustrant le prophète Mahomet. (...)

Les réactions avaient été vives, surtout au Danemark où la politique d'immigration est très restrictive, soufflée par un parti d'extrême droite populaire qui n'hésite pas à stigmatiser la population musulmane. Une douzaine d'ambassadeurs de pays arabes avaient demandé audience au premier ministre libéral afin d'exiger les excuses du journal et du Danemark. Anders Fogh Rasmussen avait refusé de les recevoir, estimant que cette affaire relevait de la liberté d'expression et que son gouvernement n'avait pas à s'immiscer.

A Copenhague, les partis d'opposition ont accusé vendredi le premier ministre d'être personnellement responsable de la dégradation des relations entre les deux pays. "Tout le problème est que le refus du premier ministre de rencontrer les ambassadeurs a été interprété comme si le gouvernement était d'accord avec les dessins de Jyllands-Posten", a fustigé Mogens Lykketoft, porte-parole du Parti social-démocrate pour les affaires étrangères."

Deux choses : (i) on ne peut pas prétendre que la publication des dessins, à l'origine, était passée comme une lettre à La Poste, puisque cela avait provoquée des réactions vives, y compris diplomatiques, (ii) Rasmussen était-il obligé de refuser de recevoir les amabassadeurs ? Ne pouvait-il avoir la courtoisie de les recevoir pour leur rappeler de vive voix sa position de principe, sur laquelle je suis, soit dit en passant, d'accord ?

2. Les caricatures ont été republiées le 10 janvier dernier par la magazine norvégien Magazinet. Tout ceci n'est pas subitement ré-apparu...

3. Cet article du Monde (http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3214,36-735818,0.html) , daté du 31 janvier dernier précise que "depuis le 21 janvier, une controverse étonnante agite le Danemark"... Il me semble difficile de relier, comme certains le font, cette polémique à l'arrivée au pouvoir du Hamas, le 26 janvier.

4. C'est le 26 janvier que l'Arabie Saoudite rappelle son ambassadeur. S'il y a complot, et s'il est lié à la victoire du Hamas le jour même, on peut dire que les saoudiens sont bougrement réactifs !

On m'apportera peut-être des éléments divergents, je reste prudent donc. Mais ceux-ci existent, et ne militent pas en faveur de la thése du "complot" arabo-islamique. "

Écrit par : koz | 06/02/2006

Pb de liens ?
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3214,36-735818,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3214,36-735462@51-735567,0.html

Écrit par : koz | 06/02/2006

Désolé... Pikipoki, si tu veux supprimer mon post précédent et celui-ci, no pb : il semble que ton interface modifie les url en insérant un "mailto" du fait de la présence d'un symbole @ ...

Écrit par : koz | 06/02/2006

Koz,
Pas de pb. Je regarde ce qui se passe, j'essaie de rendre le liens corrects et j'enlève les commentaires parasites.

Rien à faire, je ne peux pas les corriger puisqu'ils apparaissent correctement du côté administrateur mais sont effectivement modifiés par la suite...
Tant pis je laisse tel quel, avec les commentaires, ça donnera peut-être envie aux gens de rechercher les articles.
Un nouveau post à venir aujourd'hui sur le sujet, oà je répondrais notamment sur la question du "complot".

Écrit par : pikipoki | 06/02/2006

Les commentaires sont fermés.